Prendre RDV en ligne

Archive pour la catégorie : Médecine esthétique

Prenez soin de votre peau, elle vous le rendra !

C’est votre bouclier !

« Prendre soin de soi », pour beaucoup de personnes, c’est avant tout faire de l’exercice, manger intelligemment ou bien dormir. Cependant, force est de constater que beaucoup oublient le rôle crucial que joue notre peau dans notre état de santé.

La peau représente plus de 16% de notre poids corporel : c’est le plus grand organe de notre corps, et de loin. Ses fonctions primaires : préserver notre hydratation et empêcher les mauvais éléments de pénétrer dans notre organisme.

Elle se décompose en plusieurs couches, la première desquelles est nommée « couche cornée ». Avec environ 40 micromètres d’épaisseur (donc d’ordre similaire à l’épaisseur du cheveux humain), ses cellules protègent notre corps des microbes et autres bactéries promptes à provoquer des infections.
Cependant, cette couche cornée, étant la première, est très sensible aux agressions environnementales telles que la sécheresse, ainsi qu’aux dommages chimiques ou physiques.
Si ces dommages prennent trop d’importance, le potentiel protecteur de notre couche cornée déclinera de manière drastique, laissant comme une porte ouverte aux agents infectieux qui nous entourent.

Alors aucune action n’est de trop pour préserver au maximum notre ligne de défense. Faîtes attention à ce que vous mettez sur votre peau, autant en termes de produits de beauté que de soins supposés « naturels » (des masques d’argile trop fréquents auront le même effet nocif sur votre couche cornée qu’une trop grande exposition au soleil, à savoir, une grande sécheresse). Par ailleurs, si votre peau présente certaines imperfections (boutons, points noirs pour ne citer qu’eux), évitez au maximum de les triturer ou de les percer ; déjà parce que vous prenez le risque de voir ces imperfections prendre de l’ampleur, ou s’infecter, mais aussi parce que la peau du visage peut mal cicatriser sous certaines conditions (tabagisme, âge).

Notre peau nous parle

Car la peau n’est pas qu’une barrière, c’est aussi un miroir. En un simple coup d’œil avisé, il est possible de tirer beaucoup de conclusions sur l’état de santé d’une personne à partir de sa peau. Ainsi, et pour l’exemple, une peau présentant des teintes jaunâtres (symptôme appelé ictère) peut être associée à un taux de bilirubine trop important dans le sang. De là, plusieurs diagnostics peuvent être déterminés, même si la plupart d’entre eux sont liés de près ou de loin au foie. L’hépatite virale est une cause fréquente de jaunissement de la peau et des yeux (rappelons au passage l’importance du préservatif : pensez à votre foie, et à votre peau !)
Sur une note plus légère, l’alimentation peut également influencer la coloration de l’épiderme. Une alimentation riche en carotènes (présents dans les carottes et les oranges) pourra ainsi donner une peau légèrement orangée, parfois confondue avec les teintes jaunâtres dues à la bilirubine.

Alors vous l’aurez compris, il n’est jamais trop tard pour commencer à observer et considérer notre charmant épiderme comme un organe crucial de notre corps. Prenez-en soin, surveillez la composition de vos produits de beauté en fonction de vos allergies, ne vous exposez pas trop longtemps à un soleil de plomb, hydratez vous convenablement, et votre santé ne pourra en être que meilleure !

Rédaction par J. Galland

Sauvez votre peau des ravages du tabac

Si vous avez récemment cessé de fumer, vous savez probablement que le tabagisme peut causer des ravages au visage, ce qui provoque un vieillissement prématuré.


Pourquoi cela arrive-t-il et y-a-t-il des moyens de réparer votre peau ?

Les dommages cutanés causés par le tabagisme surviennent essentiellement par suffocation. Une seule cigarette réduit le flux sanguin pendant 90 minutes. C’est long. Pendant une heure et demie, cette diminution de la circulation sanguine endommage le collagène et l’élastine, tous deux des composants clés pour une peau saine et d’apparence jeune. Chaque ride que vous êtes sensé développer au fil de votre vie grâce à la particularité de vos expressions apparaîtra plus tôt et plus profonde, et votre peau perdra son éclat et son brillant. Suite cette réduction de la circulation sanguine vous êtes plus susceptible aux capillaires et vaisseaux brisés, la peau devient terne, la régularité et la qualité de la production cellulaire se détériorent, conduisant à une peau sèche et moins résistante aux agressions externes.

Au fil du temps, la peau s’affaisse et se ride parce que le corps n’arrive plus à produire de collagène de façon efficace.  La fumée sape également le corps de vitamine C, un composant clé dans la fabrication du collagène, et perturbe la production d’une enzyme appelée métalloprotéinase matricielle. Cette enzyme régule la production de collagène mais chez les fumeurs elle détruit plus de tissus qu’elle n’en produit. Il y a aussi une augmentation « d’élastose », un changement dégénératif dans le tissu dermique laissant des dépôts d’élastine. Ce dérangement dermique décompose l’échafaudage vital de la peau, conduisant au développement de rides prononcées.

Bien que vous n’y ayez peut-être jamais pensé, le fait de fumer jour après jour implique beaucoup de mouvements répétitifs. Avec chaque bouffée que vous prenez, vous pincez vos lèvres et vous froncez le front (pour protéger vos yeux de la fumée). Ces mouvements répétitifs mènent aux traits caractéristiques d’un grand fumeur : les joues creuses, les pattes-d’oie, la ride du lion, et les plissés solaires. Puisque le tabagisme tend également à amincir la peau, les dommages peuvent s’accumuler rapidement. Et même ceux qui n’affichent pas encore les effets devraient envisager un sevrage dès maintenant, car cela peut prendre jusqu’à 25 ans avant que les dommages ne se manifestent.

 

Quelles sont les options ?  La peau peut être très difficile à revitaliser. La fumée de cigarette arrive en deuxième position après l’exposition solaire en tant que cause principale de vieillissement prématuré de la peau.

Est-ce que les dommages sont réversibles ? Dans une certaine mesure, oui.

Pour commencer, vous devriez vraiment arrêter. Dès l’instant que vous cessez de fumer, votre corps commence à fonctionner de façon plus efficace. Huit heures après votre dernière cigarette, la quantité de monoxyde de carbone dans votre corps (une toxine dans les cigarettes qui vous prive d’oxygène) retombe aux niveaux d’un non-fumeur. Après six semaines, vous observerez que votre peau bénéficie visiblement de l’augmentation des niveaux d’oxygène et d’antioxydants.

Pour aider votre corps dans sa convalescence, il est conseillé d’adopter un nouveau régime de santé et de soins de la peau.  Commencez par vous concentrer sur l’alimentation et l’exercice. Un régime bien équilibré, riche en fruits et légumes assurera que votre corps peut bien métaboliser les nutriments. Vous pouvez prendre des suppléments de vitamine A et C pour un coup de pouce complémentaire. Evitez l’alcool et la caféine, qui déshydratent davantage la peau. L’exercice peut aider à conduire le sang vers la surface du derme et à faciliter la reconstitution des capillaires.

Un écran solaire UVA et UVB est essentiel pour empêcher le soleil de détruire le collagène que votre corps produit de nouveau en abondance. Une bonne crème nourrissante pour visage fournira à votre peau des antioxydants et des peptides. Les peptides signalent au cerveau que c’est le moment de mettre en route la production de collagène. Privilégiez les produits qui contiennent de la vitamine A pour accélérer le renouvellement des cellules de la peau, la vitamine C pour stimuler la production de collagène, et la vitamine E pour favoriser la guérison. Effectuez un gommage adapté à votre type de peau deux fois par semaine.

La bonne nouvelle est que de nombreuses procédures non invasives sont disponibles aujo¬urd’hui qui ciblent les dommages cutanés liés au tabagisme.

Un peeling maison enlèvera les cellules mortes et décolorées et réhydratera la peau desséchée. Ces peelings sont généralement à base de vitamine C, qui est un antioxydant, et de vitamine A (rétinol) qui stimule le renouvellement cellulaire et le développement de collagène.

Un peeling professionnel est une option si vous souhaitez des résultats plus importants. Alors que ces traitements agissent uniquement sur la couche supérieure du derme, ils ont pour avantage d’unifier le teint et de lisser la texture de la peau.

Des techniques innovantes telles que les traitements au laser et au LED utilisent la lumière pour rajeunir la peau, réduisant l’apparence des rides plus profondes, raffinant les pores, et stimulant la production de collagène. Ces traitements ne prennent habituellement pas plus d’une demi-heure, mais nécessitent plusieurs séances pour obtenir des résultats conséquents.

Avec le temps et l’impact du tabagisme, on a tendance à perdre du volume dans les lèvres. Les injections d’acide hyaluronique placées sous les lèvres repoussent celles-ci vers l’avant, minimisant ainsi l’apparence des rides autour de la bouche.

Le mésolift est une procédure non invasive qui réhydrate la peau par des micro-injections de produits riches en antioxydants, vitamines et oligoéléments. En quelques heures seulement votre peau se repulpe et reprend une apparence hydratée et charnue.

Pour les rides plus marquées il y a l’option des fillers.

Le Botox par exemple, est injecté juste en dessous des rides ciblées, ce qui amortit la connexion nerveuse aux muscles, empêchant les contractions musculaires qui donnent forme aux rides.

Êtes-vous prêt à franchir le pas ?

Pour les fumeurs qui n’ont pas encore cessé, n’oubliez pas que les dommages cutanés s’accumulent et qu’il est plus difficile de les traiter avec l’âge. Si vous souhaitez arrêter, la plupart des experts confirment que le sevrage brutal mène aux taux de réussite les plus élevés. Aussi difficile que cela puisse paraître pendant les affres de l’addiction, la grande majorité des anciens fumeurs disent très rarement penser à la cigarette après avoir été sans nicotine pendant quelques mois.

Alors arrêtez, et puis attendez quelques mois. Une fois que vous vous sentez confiant de ne plus jamais reprendre, évaluez l’apparence de votre peau à ce moment-là et décidez si vous avez besoin de faire un tour chez le médecin esthétique

Rhinoplastie sans chirurgie, quand la médecine esthétique prend le relai sur la prise en charge des imperfections du nez

Nombreux sont ceux qui seraient tentés par la rhinoplastie si celle-ci m’impliquait pas autant de contraintes : anesthésie, éviction sociale, risques d’infection… En plus de représenter un budget conséquent, la chirurgie plastique comporte de nombreux frein.


C’est pourquoi de plus en plus de patients se laissent tenter par la rhinoplastie médicale.

En quoi cela consiste-t-il ? Que peut-on traiter ? Pendant combien de temps voit-on les résultats ? Y a-t-il des risques ?

La rhinoplastie sans chirurgie permet de corriger les petites imperfections du nez sans passer sous le bistouri : petite bosse, creux, ou pointe tombante. En effet, beaucoup d’imperfections ne nécessitent ni greffe de cartilage, ni opération chirurgicale.

La médecine esthétique dispose de deux ressources : l’acide hyaluronique et la toxine botulique (botox).

L’acide hyaluronique réticulé permet de travailler les volumes du nez et ainsi de corriger les creux, les bosses et d’atténuer des irrégularités et asymétries.  L’acide permet aussi de monter la pointe du nez.

La rhinoplastie médicale est indiquée chez les patients jeunes qui souhaitent corriger des imperfections, ou pour traiter les premiers signes du vieillissement, le nez étant le seul organe, avec les oreilles, à grandir tout au long de la vie.

Cette approche est aussi l’occasion pour les patients intéressés par la chirurgie du nez traditionnelle de se donner une idée du résultat. En aucun cas elle ne modifiera la structure du nez : les surplus osseux ou excès de tissu ne seront pas traités.

Pour les patientes, la séance se déroule comme une séance d’injections classiques, aucune anesthésie n’est nécessaire.

« Je n’aimais pas mon profil, mon nez paraissait creux, avec une injection d’acide hyaluronique en haut du nez, il est apparut plus droit. J’ai vu les résultats pendant environ un an.

Je n’ai pas ressenti de douleur pendant l’injection, mais une sensation de bleu le lendemain, qui s’est rapidement dissipée. »

Le docteur Bodnar travaille “au miroir” avec le patient : celui-ci suit, après chaque micro-injection, l’avancée de l’intervention pour valider le résultat.

L’avantage est que l’effet de l’acide hyaluronique peut être annulé grâce à la hyaluronidase et ne présente donc pas les risques d’une intervention chirurgicale.

Retour du froid : venir à bout de la peau de croco sur les mains !

Combien de crèmes pour les mains avons-nous achetées, testées, perdues ?…

Chaque hiver, c’est la même ritournelle, on cherche notre nouvel allié contre les mains sèches. Mais la crème magique n’existe pas et il faut en appliquer plusieurs fois par jour pour soulager l’inconfort.


Pourtant, la médecine esthétique a une solution efficace pour garder un maximum d’hydratation tout au long de l’hiver : l’acide hyaluronique faiblement réticulé. C’est une véritable éponge à eau qu’on injecte en mésothérapie, c’est à dire par des centaines de micro injections dans le derme. Les aiguilles utilisées sont les plus fines au monde (34 gauges) et permettent de napper l’ensemble du dos de la main. Pour cela on utilise soit le  NTCF135HA de chez Filorga, un mélange d’acide hyaluronique, de vitamines et d’antioxydants, soit le Volite du laboratoire Allergan.

La peau du dos de la main est très fine et contient moins de glandes sébacées, ce qui explique leur fragilité.

Cette zone demande donc plus de soin en hiver… comme en été. Le soleil, le froid et les produits chimiques agressent quotidiennement nos mains, c’est pourquoi celles-ci trahissent souvent notre âge…

En plus d’apporter une hydratation supplémentaire chaque hiver en utilisant un acide hyaluronique non réticulé, et donc de ralentir le vieillissement cutané, les injections d’acide faiblement réticulé permettent d’atténuer les signes visibles du vieillissement.

Elles sont avantageusement associées à une séance de photorégénération.

 

 

Blanching technique

Ce terme apparaît de plus en plus dans la presse spécialisée et dans les blogs beauté. En quoi consiste cette technique utilisée en médecine esthétique ?

La blanching technique est un principe d’injection d’acide hyaluronique faiblement réticulé à la jonction dermo-épidermique. Les injections se font de proche en proche jusqu’à obtention d’un blanchiment de la peau. Les injections confluentes permettent de traiter toute une zone sans dépasser le derme. De ce fait il n’y a pas de saignements et pas d’ecchymoses. Ce blanchiment disparaît après quelques minutes.

La blanching technique est utilisée pour traiter les ridules péri-orbitales ; autour de la bouche (plissé solaire, ourlet des lèvres et philtrum), et des yeux (pattes d’oie), mais aussi pour les sillons naso géniens, les plis d’amertume et la totalité du visage. Le blanching est idéal pour atténuer l’aspect fripé de la peau due aux rides superficielles qui s’installent.

Une quantité faible d’acide hyaluronique est nécessaire pour combler et réparer ces cassures cutanées encore superficielles. Aucun sur-volume n’est à craindre, le résultat est assurément harmonieux.

 

 

Botox : mode d’emploi

Acte esthétique le plus pratiqué au monde, le botox a été le précurseur de la médecine esthétique moderne. Longtemps décrié et accusé à tort de donner des complications extravagantes comme être à l’origine de certains cancers du cerveau, la toxine botulique a su s’imposer au fil des ans comme un élément incontournable de l’esthétique faciale. Pourtant c’est comme traitement réparateur qu’il a reçu ses lettres de noblesse. Il est en effet très utilisé comme traitement de certaines diplopies, du varus équin ou encore du torticolis spasmodique chez l’enfant, à des doses 4 à 5 fois supérieures à la dose utilisée en médecine esthétique. Chez les paraplégiques il est d’une aide précieuse pour éviter les spasmes musculaires des patients.

En esthétique, les doses utilisées sont beaucoup plus faibles, il faut pratiquer les injections avec parcimonie pour atténuer les rides sans figer le regard ni les expressions et les émotions.

Le naturel avant tout !


Comment se déroule une séance ?

En esthétique il existe trois marques de botox : Vistabel, Bocouture et Azzalure.

Certains patients sont attachés à une marque particulière mais la plupart n’ont pas de préférence. Les injections se font à l’aide des aiguilles les plus fines qui existent (34 gauges) dans différents muscles du visage.

Les muscles concernés sont les muscles corrugateurs et le procerus pour la ride du lion, le muscle frontal pour les rides du front et le muscle orbiculaire pour la patte d’oie. L’expérience du chirurgien ou du dermatologue est déterminante pour obtenir un effet lifting des sourcils et une expression du visage reposée. Après l’injection, le docteur vous donnera quelques recommandations pour que l’effet soit maximum et éviter la migration du produit.

Le botox commence à agir dans les 3 jours, mais en général, les patients ressentent les effets dès le soir ou le lendemain de l’injection.

Il est possible de reprendre ses activités tout de suite après l’injection, en veillant à ne pas pencher la tête ou s’allonger pendant 5 heures. Il est aussi recommandé de ne pas faire de soins type hammam ou sauna le jour même.

Au 10e jour, les effets sont au maximum. Pour cette raison, la retouche peut être effectuée vers le 15e jour, mais jamais après trois semaines.

Certaines patientes finissent pas créer des anticorps à la toxine botulique et il est utile dans ces cas de changer de marque de botox. Rarement, il peut être nécessaire de faire une pause d’un an pour que le taux d’anticorps retrouve un seuil acceptable.

La durée d’action est généralement de 4 mois mais je préconise deux injections par an.

Définir un protocole de soin qui vous convient pour une peau lisse et hydratée

Mes protocoles de soins associent à des degrés divers tout l’arsenal thérapeutique à ma disposition. L’élément essentiel à comprendre, c’est qu’il n’y a pas de schéma préétabli et que chaque patiente est unique. Il conviendra de discuter ensemble des résultats que vous souhaiteriez obtenir.


Un protocole complet pour améliorer visiblement la qualité de la peau et atténuer ses imperfections comprendra les éléments suivants :

  • Skinbooster NTCF135HA : en blanching technique avec traitement des ridules, en mésothérapie, ou par canulation
  • Peeling doux : acide glycolique à 20/50/70% en fonction de votre peau
  • Laser EMERGE
  • LED

Le skinbooster

J’utilise le plus souvent le NTCF135HA de Filorga qui, au fil des années, s’est montré extrêmement fiable, efficace et sans complication. On peut l’utiliser de trois façons :

– la mésothérapie : avec injection point par point : 1000 au total sur un visage, 1500 si le traitement comprend le coup et le décolleté.

– la blanching technique : elle consiste à injecter dans le derme superficielle une très petite quantité de produit qui rend la peau un peu blanche en superficie, d’où son nom. Les injections sont réalisées de façon contiguës et de proche en proche de façon à ce que le tissu cutané devienne intégralement blanc (d’où le nom de blanching technique)

– par canulation : avec canule minuscule, qui ne pique pas, afin déposer dans le derme une quantité de produit importante et donc de réhydrater en profondeur. Cette technique demande plus de produit

Le peeling doux aux acides de fruits

Ce peeling convient à tout phototype et ne provoque pas de desquamation. C’est le moins agressif et pourtant il reste très efficace : il permet de traiter la surface cutanée et de diminuer les différences tinctoriales. Ce sont les acides glycoliques et pyruviques qu’il contient qui agissent sur la qualité de la peau, son éclat.

Le laser EMERGE

C’est un laser de type FRAXEL. Il est utilisé pour créer des micro-points cutanés autour de la région orbitaire et autour de la bouche. Il faut deux voies de passage. Son efficacité est signalée par la présence après le traitement de micro croûtes cutanées et d’un aspect « coup de soleil »  qui disparaissent en quelques jours.

La LED

En fin de protocole, la final touch est apportée par les LED qui activent la micro circulation, et améliorent le grain de peau.

Les protocoles varient en fonction des types de peau et de l’attente des patientes

La médecine esthétique au service de la qualité de votre peau

Lorsque l’on est chirurgien plasticien, une des demandes les moins fréquentes concerne la qualité de la peau du visage. Longtemps, le métier de chirurgien s’est résumé à retirer de la peau en excès avec une résultante cicatricielle la plus discrète possible. Pourtant le chirurgien a son rôle à jouer dans l’amélioration de la qualité de la peau : élasticité, hydratation, remise en tension et même redéfinition des formes. Pour cela, on peut utiliser différents protocoles de micro injections : le micro-needling (micro-aiguilles)


Le roller

Il se contente de faire des petits puits dans la peau sans injecter de produits. On applique sur la peau des produits dont une partie pénètrera partiellement. Une quantité microscopique pénètre mais suffit à améliorer là l’aspect trophique de la peau.

Chaque micro agression cutanée provoque un afflux de cellules immunocompétente et également des plaquettes chargées de cellules de croissance bénéfiques à qualité de la peau. L’effet est très modéré sauf en cas de pénétration très agressive qui engendre des phénomènes inflammatoires plus marqués.

La mésothérapie

Aussi connu sous le nom de skinbooster, sa fonction essentielle est de déposer dans la partie moyenne du derme un produit hydratant et stimulant. Il en existe d’excellents qui fonctionnent très bien avec une durée d’efficacité de plusieurs mois.

Le laser FRAXEL/EMERGE

Les micro-agressions peuvent également être réalisés avec un rayon laser, celui qui a tenu la vedette pendant des années est le Fraxel, toujours utilisé mais moins mis en avant car, comme tous les traitements laser, il a montré ses limites.

Le peeling

D’abord il y a le peeling mécanique qui de la même manière que le laser CO2 agresse la peau. Il est quant à lui complètement abandonné car les suites sont souvent lourdes : changement durable de couleur de la peau par exemple (hypochromie). Ce peeling est rejeté par les patientes qui le trouvent inacceptable.

Ensuite il y a le peeling chimique. Il existe également sous plusieurs formes. Je ne pratique que des peelings légers aux acides de fruits, TCA et acide phytique : il y a une prise de risque très faible dans ces peelings. En effet, chaque peeling a des avantages mais beaucoup d’inconvénients, dont le principal est la dyschromie, qui n’est pas toujours réversible…

Les LED

La luminothérapie existe depuis de nombreuses années et continue d’apporter des améliorations sur la qualité de la peau à condition que celle ci ne soit pas réalisée seule mais dans un contexte de protocole.

Les fillers

Les fillers sont composés d’acides hyaluroniques faiblement réticulés. Ils sont maintenant une aide dans le traitement de la peau en cas d’affinement dermique. Par ailleurs son affinité très importante avec l’eau permet d’hydrater en profondeur le tissu cutané et de donner une trophicité intéressante. Le filler d’hydratation phare est le Volite, injecté par canulation.

Comme nous le voyons, la médecine esthétique propose de nombreuses réponses à la dégradation de la qualité de la peau, cela implique une constante adaptation des protocoles de soin.

Du nouveau dans les fillers

Un filler c’est un produit de remplissage, en général il s’agit d’un acide hyaluronique. De plus en plus sophistiqués et variés, ces fillers font l’objet d’avancées scientifiques incroyables ces dernières années. Il existe un grand nombre de laboratoires qui proposent des produits diversifiés et propres à chaque besoins parmi lesquels le chirurgien fait son choix de palette.

Vous trouverez dans cet article les différents acides et techniques d’injection utilisées pour les besoins les plus précis.


La médecine esthétique est une science qui permet aujourd’hui, en un geste simple, de gommer les imperfections liées au vieillissement ou aux meurtrissures de la vie. En ce sens, les acides hyaluroniques ne font pas l’apologie du “jeunisme”, bien au contraire, mais permettent d’atténuer certains effets du vieillissement : la résorption osseuse, la dégradation de l’état dentaire, ou parfois, la modification des forces musculaires, qui contribuent à donner au visage un air sévère, préoccupé, fatigué, contrarié. Les patientes sont plus à la recherche d’un effet bonne mine que d’un rajeunissement.

Les effets que les patients cherchent le plus à atténuer sont “l’air sévère” et “l’air fatigué”. Ces deux aspects sont le fait de la synergie de deux facteurs : la rétractation péri-orificielle buccale et orbitaire et d’autre part, la fonte volumétrique. La rétractation péri-orificielle induit la chute de la pointe du nez, la contraction musculaire péri buccal (le “code-barres”), et la modification de la pointe du menton qui s’affine et se rétracte. Il faudra le traiter dans le même temps thérapeutique ainsi que les zones labiales supérieure et inférieure.

Si un bon résultat passe par le traitement de toutes ces micro-zones, la demande des patientes ne concerne que deux zones : les sillons naso géniens et l’affinement de la lèvre, c’est à dire ce que la patiente “voit” avec son œil. Or, les études morphométriques montrent à quel point cela est insuffisant pour obtenir un résultat satisfaisant.

Pendant longtemps, l’utilisation des acides hyaluroniques se faisait justement sur ces zones : ce que l’on voit ! Depuis, grâce au génie biologique de quelques chercheurs on dispose de produits avec lesquels il a été possible d’aller plus loin dans la prise en charge du vieillissement facial.

Le vieillissement facial est une conjonction de plusieurs facteurs morpho psychologiques et trophiques, qui s’inscrivent dans l’histoire de la vie de la personne. Pour une prise en charge optimale des patients, il faut considérer ces éléments et s’appuyer obligatoirement sur une solide formation médicale. Les injections constituent un acte à risque très technique et minutieux, qui nécessite des connaissances anatomiques, biologiques, allergologiques.

Au-delà de la maîtrise technique du chirurgien, cet acte demande un haut degré de précision et un haut degré de précision. Un bon “feeling” avec la patiente permet de bien communiquer sur ses besoins, ses attentes, ses inquiétudes. De cela dépend la bonne prise en charge de la patiente tout au long de l’acte esthétique. L’attention portée à la patiente est décisive pour le bon déroulement et le bon résultat des injections. Un acte esthétique réussi ne doit pas être que le seul fait de la compétence.

Dans un monde esthétique qui bouge et qui contient une multitude de nouveaux produits et techniques, il est indispensable de mettre le patient au cœur de la démarche du médecin.

Les patientes craignent et refusent les cicatrices, les douleurs, l’éviction sociale post acte, les longues interventions. Elles sont demandeuses de rapidité, de diversité, de suivi et d’expertise. C’est pourquoi le chirurgien doit se tenir sans cesse informé des nouvelles techniques, avoir du recul par rapport à celles-ci et être à l’écoute de sa patientèle.

La nouveauté dans le domaines des fillers est un complexe mélange de tous ces facteurs, les demandes des patients sont plus ciblées, la proposition de soin beaucoup plus large, les produits de plus en plus performants, les prix plus abordables. On demande au médecin une écoute, une expertise avec le minimum de contrainte sociale. L’acte se veut de moins en moins douloureux, avec un résultat le plus naturel possible.

 

Dr Martial Bodnar toulouse botox

Enfin un vampire lift qui ne fait pas saigner

Le vampire lift fait couler beaucoup d’encre, aux Etats-Unis, et maintenant en Europe. Ce procédé de lifting naturel rend adepte de plus en plus de personnalités, qui n’hésitent pas à faire vivre en live leur expérience sur les réseaux sociaux. Mais en quoi consiste vraiment ce traitement ?


Le vampire lift, plus traditionnellement appelé PRP (Plasma riche en plaquette) ou encore lifting autologue est une méthode naturelle pour aider la peau à se régénérer. Depuis plus de 20 ans, on utilise la technique pour traiter l’arthrose, les tendinites etc. grâce aux vertus des plaquettes. Aujourd’hui, cette technique est utilisée en médecine esthétique pour régénérer les cellules souches donner un coup d’éclat à la peau.

Concrètement, comment se déroule ce soin ?

Après une prise de sang, docteur procède à l’isolement des plaquettes et à leur réinjection dans les zones à traiter : visage, mains, décolleté ou cou. L’injection est superficielle et atraumatique, mais il reste nécessaire de procéder à une anesthésie locale (par crème anesthésiante qu’on applique 30min avant le début de la séance de traitement).

Aucun saignement n’est à craindre lors de la pratique du PRP !

Il n’est pas nécessaire d’être à jeun lors de la prise de sang.

Pour qui ?

Peaux sensibles, marquées par le temps ou ternes… Contrairement à certains traitements de médecine esthétique, le PRP, par sa dimension naturelle et régénératrice peut être la solution à une multitude de petits soucis de peau. Il n’y a donc pas d’âge pour commencer.

En plus de renforcer l’hydratation naturelle de la peau, le vampire lift a une action réparatrice et protectrice. C’est idéal pour les peaux abîmées par le tabac ou soumises à la pollution.

Les effets hydratants permettent de prévenir l’apparition des premières rides. Si celles-ci sont déjà installées, c’est l’activation des cellules souches engendrées par l’action du plasma qui viendra atténuée les premiers signes de vieillesse grâce à la production de collagène.